S16 Arguments genre Homo

TP un regard sur l’évolution de l’homme (2)

Matériels :

biologie en flash Homo

Correction activité 1

Homo

Australopithecus

Pan (= chimpanzé)

Face

Réduite et plate

Mâchoires développées vers l’avant, à l’origine d’un prognathisme marqué

Mandibule

Parabolique

En U

Volume cérébral

Supérieur à 600 m3

Inférieur à 600 m3

Bipédie

Permanente (bassin court et évasé, trou occipital avancé et horizontal, fémur incliné)

Occasionnelle (bassin haut et étroit, trou occipital reculé et non horizontal, fémur droit, membres supérieur>membres inf

Stricte membres inf > membres supérieur

Arboricole (membre sup = membres inf)

Aptitude à la course

oui

non

non

On observe un développement du crâne vers le haut et vers l’arrière ayant pour conséquence une augmentation du volume crânien (400 cm3 pour le Chimpanzé, environ 1400 cm3 pour l’homme).

Cela est en relation avec un développement important de l’encéphale au sein de la lignée humaine.

La face de l’Homme est pratiquement plate et présente un front et un menton alors que la face des autres hominidés est projetée vers l’avant (prognathe). On dit que la face est réduite, il y a absence des bourrelets sus-orbitaires.

L’arcade dentaire en U chez les autres hominidés a une forme parabolique chez l’homme (en V). Les incisives et canines sont réduites. Les molaires sont recouvertes d’une épaisse couche d’émail. Le dimorphisme sexuel est peu marqué sur le squelette.

Genre Homo : face réduite, mandibule parabolique, dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette et une bipédie stricte, avec un trou occipitale avancée et aptitude à la course. L’existence de pratique culturelles et l’utilisation d’une grande variété d’outils sont aussi associées à ce genre Homo mais de façon non exclusive (on le retrouve chez le chimpanzé).

 correction activité 3

Pour aller plus loin :

Le coût de la bipédie : une conférence de Jean-Jacques Hublin Professeur, Directeur, Max Planck Institut for Evolutionary Anthropology- Novembre 2017