1.4 D’autres mécanismes contribuent à la diversité du vivant

Notions fondamentales : hérédité non fondée sur l’ADN, transmission et évolution culturelles.

La diversification phénotypique des êtres vivants n’est pas uniquement due à la diversification génétique.

D’autres mécanismes interviennent :

  • associations non héréditaires (pathogènes ou symbiotes ; cas du microbiote acquis) ;
  • recrutement de composants inertes du milieu qui modulent le phénotype (constructions, parures,
    etc.).

Chez certains animaux, les comportements acquis peuvent être transmis d’une génération à l’autre et constituer une source de diversité : ainsi du chant des oiseaux, de l’utilisation d’outils dans des populations animales, de la culture notamment dans les sociétés humaines. Ces traits sont transmis entre contemporains et de génération en génération, et subissent une évolution (apparition de nouveaux traits, qui peuvent être sélectionnés, contre-sélectionnés ou perdus par hasard).

%d blogueurs aiment cette page :