S 2 Corps humain : de la fécondation à la puberté (2)

II/ La mise en place du phénotype sexuel d’un individu

La fécondation :

TP 2 mise en place des structures et de la fonctionnalité des appareils sexuels

Matériel numérique à disposition : Logiciel Detsex5

Document 1 : Développement embryonnaire

dev embryonnaire

Document 2 : La « balance des sexes » de la différenciation gonadique

Les cascades géniques ovariennes et testiculaires ont un double mécanisme d’action : les acteurs stimulent la différenciation des gonades bipotentielles respectivement en ovaires ou en testicules, mais en plus ils inhibent simultanément la voie antagoniste. La différenciation des gonades fœtales en testicules ou en ovaires dépend donc de la prépondérance de l’une ou l’autre des voies : on parle ainsi de « balance des sexes ».
En fonction du bagage génétique, des cascades géniques distinctes vont ainsi être initiées au sein des cellules des gonades bipotentielles :

Dans la voie testiculaire, le gène SRY présent sur le chromosome Y déclenche l’expression du gène SOX9 qui va entraîner la différenciation testiculaire des cellules indifférenciées et bloquer celle qui aboutirait à des cellules ovariennes.

Dans la voie ovarienne, plusieurs cascades vont être initiées induisant une différenciation en cellules ovariennes et empêchant l’entrée dans la voie de différenciation testiculaire. De nombreux chercheurs ont émis l’hypothèse d’un gène de détermination ovarienne (équivalent au gène SRY de la de la voie testiculaire), nommé «facteur Z», qui initierait et contrôlerait l’expression de FOXL2 et RSPO1 dans l’ébauche gonadique XX.

document 3 :

différentiation sexuelle

 

Schéma bilan :

Le sexe est d’abord déterminé génétiquement (XY pour les hommes, XX pour les femmes), ce qui entraîne la différenciation des gonades (testicules chez les hommes, ovaires chez les femmes). Les gonades produisent alors des hormones qui permettent la mise en place du sexe : la testostérone et l’AMH, toutes deux produites par les testicules, provoque la différenciation des gonades en sexe masculin, alors que leur absence entraîne la différenciation des gonades spontanée en sexe féminin. L’augmentation de la production d’hormones au cours de la puberté est responsable de la mise en place des caractères sexuels secondaires et du fonctionnement de l’appareil génital.

Bilan :

Après la séance

Activité bilan : complétez et révisez cette séance 2

edu 3

Le coin du professeur

Connaissances : Dans le champ biologique, l’identité sexuée est fondée sur le sexe chromosomique et génétique qui induit les caractéristiques sexuelles anatomiques et physiologiques de la personne. La mise en place de l’organisation et de la fonctionnalité des appareils sexuels se réalise sur une longue période qui va de la fécondation à la puberté.

Notions fondamentales : hormones sexuelles (testostérone, progestérone, œstrogènes) ; gène SrY ; gonades indifférenciées et différenciées.

Capacités :

-Extraire et exploiter des informations de différents documents pour identifier :

• les relations entre sexe génétique et organisation anatomique et physiologique;

• le fonctionnement des organes génitaux au cours de la vie.

-Traduire certains mécanismes sous forme de schémas fonctionnels

Précisions : le développement embryonnaire et fœtal des organes génitaux n’est pas étudié. Seul est montré le lien entre la présence du gène SrY et la transformation des gonades indifférenciées sans entrer dans le détail des mécanismes génétiques et moléculaires expliquant l’influence du sexe génétique sur le sexe phénotypique. L’étude des anomalies génétiques ou développementales n’est pas traitée de manière exhaustive.

Source : http://cache.media.education.gouv.fr/file/SP1-MEN-22-1-2019/00/8/spe647_annexe_1063008.pdf

Images : https://www.unige.ch/ssi/files/9815/3828/5965/SEXESSS.pdf

(source image doc 2 : http://svt-egalite.fr/)

 

%d blogueurs aiment cette page :