TP7 reproduction asexuée

TP 7 : la reproduction asexuée

A la fin du TP j’ai compris :

  •  les différents structures qui assurent la reproduction asexuée
  • la notion de totipotence

Activité 1 : Dissection d’un bulbe

Les bulbes sont des organes souterrains formés d’une  tige très courte sur laquelle se développent des racines, des bourgeons et des feuilles. Dans le cas de l’oignon, les les bourgeons axillaires se gorgent de réserves et forment les tuniques. L’ensemble est protégé par des tuniques protectrices desséchées et colorées.

Activité 2 :Tubercule de pomme de terre

Activité 3 : rhizome

Activité 3 : Mise en évidence de la totipotence

La reproduction asexuée des plantes repose sur leur capacité à se multiplier,  croître de manière indéfinie et sur leur capacité à se différencier en n’importe quelle autre cellule : c’est la totipotence. Pour cela, il faut que les cellules  se dédifférencient et  retrouvent les capacités des cellules méristématiques. Elles peuvent ainsi se différenciées en toute cellule.

  • Dans une boite de pétri, mettre à germer des graines de lin stérilisé dans un milieu contenant saccharose, vitamine, sels minéraux.
  • Pendant 7 jours, les placer à 25°C, 16 de lumière. On obtient un plant ayant une racine, une tige.
  • Faite des petits fragments de cette tige : 1 cm de long en s’assurant de travailler dans des conditions stériles.
  • Placer les segments dans les milieux :

– milieu 1 : témoin

– milieu 2 : milieu témoin + auxine

– milieu 3 : milieu témoin + cytokinine


Savoir

La reproduction asexuée repose sur la totipotence des cellules végétales et les capacités de croissance indéfinie des plantes, à partir de presque n’importe quelle partie du végétal (tiges, racines, feuilles).

Savoir faire

Mettre en œuvre un protocole de reproduction asexuée (bouturage, marcottage) ou étudier la régénération des petits fragments tissulaires en laboratoire.

 

%d blogueurs aiment cette page :