Résistance aux antibiotiques et mécanismes évolutifs

Résistance aux antibiotiques et mécanismes évolutifs

A la fin de la séance j’ai compris que l’évolution rapide des organismes microbiens nécessite d’adapter les stratégies prophylactiques, les vaccins et les antibiotiques.

Les antibiotiques naturels sont fabriqués par des micro-organismes (champignons ou bactéries) et leur permettent d’éliminer les bactéries concurrentes avec lesquelles ils sont en compétition dans leur milieu.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, certains antibiotiques actuellement disponibles pourraient ne plus être efficaces chez l’Homme d’ici 10 à 20 ans. Leur utilisation chez les animaux d’élevage pose aussi question, avec le risque que les bactéries devenues résistantes puissent ensuite être transmises à l’Homme.

Document 2 : Le Ceftiofur contre la colibacillose aviaire

Il est nécessaire de prévenir ou de traiter la colibacillose dans les élevages de volailles sous peine de pénaliser les performances économiques, la quantité et la qualité de la viande ainsi que le bien-être des animaux. Dans ce cas, les éleveurs utilisent le Ceftiofur, un antibiotique de la famille des bêta-lactamines, qui agit de manière spécifique sur E. coli.

Document 3 : Les mécanismes de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries

Depuis de nombreuses années, des souches d’E. Coli résistantes à différents antibiotiques apparaissent. Une bactérie est dite résistante aux antibiotiques lorsque la dose d’antibiotique utilisée habituellement n’est pas suffisante pour éliminer la bactérie de l’organisme. Plusieurs types de mutations peuvent permettre à la bactérie de détruire ou d’expulser la molécule d’antibiotique.

À l’aide des documents 3a, 3b et 3c, répondre aux questions suivantes :

Réaliser un schéma montrant comment l’utilisation d’antibiotiques favorise l’antibiorésistance dans une population de bactéries.

TP : Comprendre le principe de l’antibiogramme

Bilan

La fréquence de mutation spontanée au sein d’une population bactérienne est élevée et peut conduire à l’acquisition de la résistance à un antibiotique. L’utilisation accrue des traitements antibiotiques dans différents domaines (santé publique, vétérinaire…) conduit à une augmentation de la fréquence des formes résistantes dans les populations de bactéries par sélection naturelle.

Il est donc nécessaire d’adopter des stratégies pour limiter les résistances : développer des règles d’hygiène pour limiter les contaminations, contrôler l’utilisation des antibiotiques, mener des campagnes de prévention.

Les virus sont très variables, l’apparition de nouveaux virus peuvent être à l’origine d’épidémies, voire de pandémie. La vaccination est aujourd’hui le meilleur moyen de prévention contre de nombreuses maladies virales. La composition d’un vaccin est en permanence réexaminée afin d’être le mieux adapté à l’évolution rapide des virus.


Savoir

L’évolution rapide des organismes microbiens nécessite d’adapter les stratégies prophylactiques, les vaccins et les antibiotiques.

Savoir faire

  • Mobiliser des concepts évolutionnistes pour expliquer comment des populations microbiennes pourront à longue échéance ne plus être sensibles à un vaccin (ou un antibiotique)

Correction schéma attendu

 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :